Génération 2 Conseil

Par Flora Clodic et Jeanne Bretécher

Quand on est engagés, comme nous, en faveur d’une transition numérique et citoyenne, on attend toujours la Social Good Week avec impatience. Le (grand) cru 2016 nous a confirmé qu’il était temps, plus que jamais, d’unir nos forces et de converger. Pour (re)faire société.

Réaffirmer une vision commune

« Pétitions en ligne, plateformes collaboratives, logiciels libres et réseaux sociaux sont nos terrains de jeu. Nous utilisons le numérique, au service de l’intérêt du plus grand nombre. Parce que certaines causes nous dépassent, et que c’est dans les yeux de l’autre que s’exprime notre humanité. »

Dans un manifeste publié en préambule de la Social Good Week 2016, ses cofondateurs Léa Thomassin et Ismaël Le Mouel, ont rappelé la raison d’être de cette semaine du web social et solidaire : « Faire société », promouvoir les acteurs et les initiatives qui mettent le numérique au service de l’humain. Et mettre un coup de projecteur sur « les sirènes qui feront des millions d’heureux » plutôt que sur les « licornes qui génèrent des millions d’euros ». Vous pouvez aussi retrouver leur tribune, Internet n’est pas neutre, signée par une quarantaine de personnalités, sur le site de Mediapart.

C’est cette vision du numérique comme levier de la transition citoyenne que nous partageons avec HelloAsso et tous les acteurs de la Social Good Week. Nous l’avions partagée il y a quelques semaines dans une tribune. Ecrite à quatre mains par Jeanne Bretécher et Willy Leloutre, notre partenaire de la Coding School, elle en appelait à notre responsabilité : « Il nous revient de programmer le numérique et de former ses usagers pour favoriser l’égalité des chances et d’accès aux savoirs et services, et à laisser plus de place aux activités porteuses de partage, de démocratie, de durabilité et d’épanouissement. »

Nous l’avons encore réaffirmée à travers un article publié dans la Revue du Cube, partenaire de la Social Good Week justement. Nous y revenons sur ce que nous avons observé au Web Summit à Lisbonne : les Social Good Tech sont devenues un business à part entière, dont il conviendra de suivre de près l’évolution, même s’il faut sans doute d’abord s’en réjouir.

Pour « faire société », trouver le sens

En tant que contributrices, nous étions les invitées du débat organisé par Nils Aziosmanoff et Rémy Hoche pour le lancement de cette 11ème édition de la revue : « Faire société – quel sens ? ». Willy Leloutre était aussi présent pour parler plus spécifiquement de l’éducation et du numérique. On a beau bien le connaître, on est toujours surprises par sa gouaille, sa capacité à mettre en perspective la nécessité « d’apprendre à désapprendre » et les actions de la Coding School.

Développement de l’esprit critique, égalité des chances : Jeanne et Willy ont rappelé l’importance des enjeux sociétaux du numérique, en écho aux propos de la Ministre de l’Education Nationale, Najat Vallaud-Belkacem, en ouverture de la Social Good Week. Des enjeux qui motivent la création d’une offre commune de la Coding School et de Génération 2 Conseil, autour de la transition digitale responsable des entreprises.

Belles découvertes, aussi, pendant ce débat: Olivier Auber et son projet de générateur poïétique ; Francis Demoz et son approche inspirante de l’innovation ; et bien sûr, Charlie Tronche, élément incontournable de la réussite d’HelloAsso et de la Social Good Week. Retrouvez l’émission en replay et découvrez la quarantaine de contributions sur le site de la Revue.

Tisser des liens plus forts grâce au mécénat

Lundi 5 décembre, nous étions à la Mairie du 4e arrondissement pour une matinée « mécénat et numérique : quelles innovations pour les acteurs de l’ESS ? », organisée par HelloAsso et Admical. Il y avait du beau monde, dans la salle et sur l’estrade, pour deux tables rondes assez pointues.

Nous avons d’abord évoqué le mécénat participatif comme démultiplicateur de l’engagement. Sans être exhaustive, mais j’ai apprécié les exemples concrets des représentants de la Fondation Groupama ou de la Fondation EDF sur la mobilisation des salariés de leur entreprise et le retour d’expérience de Marie Tanguy, CSR Communications Manager à Google France, sur le Google Impact Challenge. Le mécénat participatif crée des liens entre les salariés et les acteurs de l’ESS. Il fait bouger les lignes et ça, on aime et on encourage ! C’est même l’un des chevaux de bataille de Jeanne depuis la création du Collectif, forte de son expérience, notamment auprès de MicroDon.

Deuxième table ronde, au pas de course, parce que tout le monde a un planning bien chargé. Guillaume Capelle est notamment revenu sur le partenariat de Singa avec l’éditeur d’applications Runtastic autour du projet Waya. Marion Moreau a détaillé les partenariats que la fondation Sigfox développe avec les startups pour mettre l’internet des objets au service de projet d’intérêt général (environnement, santé, sécurité…).

Mon petit doigt me dit que cet événement conjoint n’était que le premier d’une longue série. Sûre qu’on retrouvera donc bien vite Admical et HelloAsso pour de nouvelles aventures… On sera là !

Mobiliser les citoyens grâce aux civictechs

Le dernier jour de la Social Good Week, c’était aussi le lancement du Sommet de l’Open Government Partnership (OGP), qui a eu lieu à Paris du 7 au 9 décembre. Quel plaisir de retrouver sur la scène du Cabaret Sauvage les gens et les projets dont on encourage le développement et l’essaimage… Mesure du travail accompli, du serrage de coudes quotidien et de l’avancement de toutes ces thématiques auprès des décideurs et du grand public.

Axel Dauchez a présenté Make.org et son initiative #Inventons2017, lancée en partenariat avec Les Echos Start, Facebook et Sciences Po. Frédéric Bardeau est revenu sur l’ambition de Simplon.co de faire du numérique un levier d’inclusion et d’empowerment. Marie Beaurepaire a invité à ses côtés sur scène les bénéficiaires et co-créateurs de Singa, et affirmé une vérité qu’on partage : « Quand la France accueille, les talents se révèlent. »

Corinne Dardelet a détaillé les actions de la startup sociale Kawaa.co, et son partenariat avec Voxe.org pour faire de 2017 une année forte de la participation citoyenne, grâce à la plateforme Hello2017. Et pour boucler la boucle en beauté, Paul Duan a présenté Bob Emploi à nos décideurs décontractés, malgré une bronchite carabinée, avant que Gaël Musquet illustre, par la pluralité de ses engagements (Caribe Wave, SOS Méditerranée, OpenStreetMap), comment les civictech peuvent se mettre au service du bien commun. On essaie de rester neutres et objectifs, mais on a bien envie de leur dire toute notre fierté de naviguer près d’eux…

Merci à l’équipe d’HelloAsso pour votre investissement et la vague d’enthousiasme que vous contribuez à susciter. Comptez sur notre détermination pour donner à voir et accompagner les sirènes dans le grand bain, en évitant les dents affûtées des requins. Et rendez-vous bien vite pour booster ensemble les initiatives du Social Good.  

Leave a Comment

*Please complete all fields correctly

Newsletter Powered By : XYZScripts.com